Forum L'armateur.net

FAQ - Rechercher - Liste des membres - Groupes d'utilisateurs - Connexion - Inscription



   L'armateur.net
   Autres Editions (+ de 2 mois)
   Le navigateur du mois (février 2012)

  Bas
  Page : 1  
Auteur
   Le navigateur du mois (février 2012)  
 
Termi
Lieutenant de vaisseau
Posté le 29/01/2012 à 20:36:59
Voir le profil de Termi Editer le sujet Répondre à ce message Envoyer un message privé à Termi  
 
 



Etat du membre Hors ligne
Messages : 1 861
Depuis : 09/02/2011

 
Bonjour tout le monde
Je reviens avec une nouvelle aventure Cette fois nous parlerons de Marco Polo

Au fond d'une prison noire et humide de la République de Gênes, un hommes a posé sa plume. Son nom est Rusticello de Pise. Il est écrivain et vient de terminer le récit de la plus fabuleuse aventure, du moins le croit-il, qui ait été vécue... Un beau jour, pour meubler la grisaille de la vie de cellule, son compagnon de chaîne, un certain Marco Polo, s'était mis à parler, parler interminablement, et l'écrivain n'en croyait pas ses oreilles. Il fallait en faire un livre, un livre plus grand que la Divine comédie de Dante, mieux que le Roman de la rose, un Livre des merveilles.

L'histoire débute à Venise en 1260. Cette cité a des liens très étroits avec la capitale de l'Empire Byzantin, Constantinople. Une partie de cette ville, située à la porte de l'Orient, appartient même à la République de Venise. Les deux frères Matteo et Niccolo Polo font du commerce avec l'Orient. Ils échangent la verrerie vénitienne contre les tissus et les soies. Ils vont souvent au devant des caravanes de la route de la soie, de l'autre côté de la mer Noire. Un beau jour, le hasard des guerres locales les empêche de rebrousser chemin et ils doivent se joindre à une ambassade perse auprès du nouveau khan mongol Koubilaï. Ils sont traités en hôtes de marque et Koubilaï les charge d'un message pour le pape : il se fera chrétien si le Pape lui envoie cent lettres instruits dans la religion chrétienne, pour le convertir.


Les deux hommes sont restés absent pendant une quinzaine d'années. Niccolo avait laissé sa femme enceinte. A son retour, elle a quitté ce monde, depuis neuf ans, laissant un fils Marco. Le père et le fils ne se connaissent pas. Niccolo est très intimidé par ce grand garçon d'une quinzaine d'années qui visiblement, en bon Vénitien, a le démon des mers. Niccolo voudrait parfaire son éducation mais en même temps, il n'oublie pas ce qu'il a promis à Koubilaï de lui apporter la réponse du Pape. Celle-ci se fait attendre, car, pendant deux ans, il n'y a plus de pape. Lorsqu'enfin en 1271, Grégoire X est élu, les deux frères peuvent repartir avec une lettre Pontife. Celle-ci explique à Koubilaï que pour l'instant il n'est pas en mesure de lui envoyer les cent savants.

Après bien des hésitations, les deux frères décident d'emmener Marco. Ils se joignent à une caravane à destination de Tabriz, d'où ils pensent rejoindre le port d'Ormuz sur le golfe Persique, pour s'embarquer sur un navire chinois. Mais la vue de ces vaisseaux non pontés aux planches cousues de fibres de coco, et surtout les bruits qu'ils entendent sur les pirates de l'océan Indien les font renoncer à prendre la mer. Ils préfèrent se joindre à une caravane qui emprunte la route de la soie. Marco est émerveillé. A l'arrivée dans les montagnes de l'Hindou Kouch, il est saisi d'un mal étrange, le mal des montagnes. Pour le soigner, conseillent les sages du pays, il faut faire une cure en haute montagne. La fièvre guérit, la troupe repart et atteint le désert de Lob. Le sable chauffé au soleil le jour, vibre en se refroidissant et crisse la nuit : Marco, en proie à des hallucinations, croit qu'on l'appelle. Au sortir de cet enfer, une vrai ville apparaît : Sou-Tcheou, un havre verdoyant après le désert brûlant ; la ville suivante, Han-Tchéou est fabuleusement riche et les affaires y retiennent les Polo pendant un an. Mais on ne peut faire attendre le grand Koubilaï. Vers la grande boucle du Hoang-Ho, à quarante jours de marche de la cour du prince, ils voient soudain arriver une escorte.

Où sont les cents savants tant attendus ? Koubilaï ne voit que trois hommes prosternés devant lui ! L'un est jeune et lance des regards remplis d'étonnement et de crainte : " Sire, il est mon fils, il est votre homme. A grand peine je l'ai amené à vous de pays lointains, comme le bien le plus précieux que j'aie en ce monde, pour vous le présenter et qu'il soit votre serviteur ". " Qu'il soit le bienvenu, dit le grand khan, car il me plaît fort ".

Serviteur du roi, il va le devenir, mais avant il devra comme son père, apprendre le mongol, et passer un examen qui consiste en une mission d'inspection dans les provinces. Marco apprend que plusieurs personnes ont échoué dans cette tâche. Alors il " se fait très attentif aux nouveautés et à toutes choses étranges qu'il pouvait apprendre et entendre afin de savoir les redire au grand khan ". Il visite ainsi toute la Chine. A son retour, Koubilaï lui dit " Marco Polo, vous êtes bien le seul qui sache regarder autour de lui ! "

Marco est le favori du grand roi. Des jaloux s'en irritent. Voyant que Koubilaï décline et après dix-sept années de vie de cour, les frères Polo, qui ont fait d'excellentes affaires, décident de rentrer. Comment l'annoncer à Koubilaï ? L'occasion se présente : il s'agit d'accompagner une princesse promise en mariage à un prince du Khanat de Perse. Les Polo connaissent bien le chemin. Ils se proposent. Une dernière fois, ils se prosternent devant leur souverain et ami qui les comble de cadeaux : deux plaques d'or ornées du sceau royal, des rubis, des objets précieux. Une flotte de quatorze navires les attend à T'Sinan-Tchéou. Ils s'embarquent pour l'Indochine, Sumatra, Ceylan, la côte de Malabar et Ormuz. De là, une caravane les conduit à Constantinople, et ils arrivent à Venise dans l'hiver 1295. Personne ne les reconnaît. Lors d'un banquet familiale, ils révèlent leur identité en laissant tomber de la doublure de leurs costumes tartares, une pluie de rubis et de pierres précieuses. Marco arme l'année suivante une galère pour combattre l'ennemi des Doges, la république de Gênes. Venise est vaincue et Marco reste prisonnier trois ans dans les geôles génoises. Sans sa captivité aurions-nous jamais lu le Livre des Merveilles, et l'aventure de Marco Polo serait-elle passée à la postérité ?


Voila c'est fini pour ce mois, on se retrouve le mois prochain pour une nouvelle histoire

Terminator, journaliste du Petit Armateur


Sources: http://cyberdan.pagesperso-orange.fr/


--Message édité par TheBigBang le 01/03/2012 à 00:06:11--
__________________________

 
  Page : 1

Aller à :

   L'armateur.net
   Autres Editions (+ de 2 mois)
   Le navigateur du mois (février 2012)

Haut



Copyright Mes-Forums
Version 2.1.8 © 2003-2018