Forum L'armateur.net

FAQ - Rechercher - Liste des membres - Groupes d'utilisateurs - Connexion - Inscription



   L'armateur.net
   Dernière édition
   Parlons Marine ! (Juin 2012)

  Bas
  Page : 1  
Auteur
   Parlons Marine ! (Juin 2012)  
 
Like
Contre-amiral
Posté le 30/05/2012 à 23:49:03
Voir le profil de Like Editer le sujet Répondre à ce message Envoyer un message privé à Like  
 
 



Etat du membre Hors ligne
Messages : 7 717
Depuis : 03/09/2009

 
Bonjour à toutes et tous.

Dans cette catégorie vous retrouverez tout ce qui touche au milieu maritime.




Le Charles de Gaulle appareille de Toulon



Le porte-avions Charles de Gaulle a quitté Toulon le 15 mai en vue d'une série d'essais en mer au profit des appareils de son groupe aérien embarqué. En juin, le bâtiment doit participer à un exercice PEAN avec l'ensemble du groupe aéronaval (frégates, ravitailleur, sous-marin nucléaire d'attaque...) A l'issue de sa phase de remontée en puissance, ces derniers mois, le Charles de Gaulle est désormais prêt à être déployé. L'an dernier, il avait participé durant plus de quatre mois à l'opération Harmattan en Libye.



Bac Pro : Partenariat entre la Marine nationale, DCNS et l'académie de Rennes



La formation et l'emploi des jeunes est au coeur de la nouvelle convention signée le 11 mai, à Lorient, par la Marine nationale, DCNS et l'académie de Rennes. Un partenariat lie déjà la marine française à l'Education nationale au niveau de la filière Bac Professionnel dans les domaines « Maintenance des Equipements Industriels », « Electronique Energie, Equipements, Communicants » et « Système Electronique Numérique ». Il offre la possibilité aux élèves de suivre une option Marine qui leur permet d'être accompagné tout au long de leur cursus et d'effectuer une partie de leur stage de Première et la totalité de leur stage de Terminale au sein d'une unité de la Marine nationale (qui recrute 3000 personnes de niveau 3ème à Bac +5 chaque année), qui offre aux élèves issus de ce cursus la possibilité d'intégrer ses équipages après obtention de leur baccalauréat.
Cette coopération prend désormais un nouvel essor avec l'intégration à ce partenariat de DCNS, employeur industriel de référence dans le Grand Ouest avec près de 8000 collaborateurs. Ainsi, dès 2013, les élèves de ce cursus de classe de Première visiteront un site industriel lors de leur stage « découverte » et DCNS accueillera une dizaine d'élèves de Terminale pour effectuer une partie de leur période de formation en milieu professionnel.

Elargissement du canal de Panama : Une chance pour les ports français ?



En 2014, les écluses du canal de Panama auront gagné en largeur et en profondeur, ce qui doublera la capacité du canal. Il pourra alors accueillir plus de navires et des navires plus gros. Cet élargissement va modifier de façon importante les flux maritimes et place dans une situation très favorable les ports français des Antilles et de la façade atlantique de la métropole. Encore faut-il se donner les moyens de capter ces flux qui passeront près de nos côtes. C'est le sujet traité par la nouvelle Brève Marine du Centre d'Etudes Supérieures de la Marine (CESM).

Le paquebot Carnival Breeze en essais mer



Construit par les chantiers Fincantieri de Monfalcone, en Italie, le nouveau paquebot de la compagnie américaine Carnival Cruise Lines a réalisé ses essais en mer Adriatique. Sistership des Carnival Dream et Carnival Magic, livrés en 2009 et 2011, le Carnival Breeze entrera en service le mois prochain, réalisant sa première croisière au départ de Venise le 3 juin. Long de 306 mètres pour une largeur de 37 mètres, ce navire présente une jauge de 130.000 tonneaux. Il compte 1845 cabines, soit une capacité de 3690 passagers, servis par 1386 membres d'équipage.
Basé en Europe pour sa saison inaugurale, le Carnival Breeze proposera tout l'été des croisières de 12 jours entre Barcelone et Venise. Ensuite, il réalisera une transatlantique d'automne de 15 jours entre Barcelone et Miami, afin de débuter, à partir de 24 novembre, une série de croisières de 6 et 8 jours dans les Caraïbes.

La construction du premier porte-conteneurs de 18.000 EVP a commencé !



C'est le prince Frederik du Danemark qui a présidé la cérémonie dans les chantiers Daewoo d'Okpo, en Corée du sud. La première tôle du tout premier porte-conteneurs d'une capacité de 18.000 EVP a été découpée samedi dernier. L'armement danois Maersk Line en a commandé 20, en deux vagues, qui seront livrés en 2013, 2014 et 2015. Les navire de type Triple-E mesureront 400 mètres de long, 59 mètres de large, 73 mètres de haut. Plus grands porte-conteneurs jamais construits, ils auront une capacité 16% supérieure aux plus gros navires de la flotte actuelle de Maersk Line. La compagnie compte placer ces géants sur les lignes Europe-Asie, sur lesquelles elle s'attend à un rebond d'activité de 5 à 8 % par an entre 2011 et 2015.

Piraterie : Un pétrolier de 150.000 tonnes détourné devant Oman



Le Smyrni, un pétrolier de 156.000 tonnes de port en lourd, a été attaqué la semaine dernière par des pirates, alors qu'il se trouvait en transit au large d'Oman, dans le golfe d'Aden. Immatriculé au Liberia, le navire, chargé de 135.000 tonnes de brut, appartient à l'armement grec Dynacom Tankers. Il serait actuellement en route vers la côte somalienne, sans que l'on en sache plus sur les conditions de l'attaque.


Trafic stable au premier trimestre pour les ports de l'axe Seine



Les ports du Havre, de Rouen et de Paris, réunis depuis le début de l'année au sein du groupement d'intérêt économique Haropa , ont réalisé un tonnage maritime de 22,3 millions de tonnes au cours du premier trimestre , équivalent à celui de la même période de 2011, avec des évolutions contrastées au niveau des différentes activités.
D'après Haropa, ces résultats sont premièrement le reflet d'une conjoncture économique morose accompagnée d'une perspective de reprise qui tarde. Au 1er trimestre 2012, l'INSEE constate une stagnation du PIB en France (0%) doublée d'un léger retrait sur la zone euro (-0.1%). Pour les prévisions de croissance de l'année 2012, l'Observatoire Français des Conjonctures Economiques (OFCE) table sur une timide progression de 0.2% contre -0.4% sur la zone Euro (sources : Eurosat, FMI, OCDE). Enfin, les adaptations récentes des capacités de raffinage en France, dont la Vallée de la Seine constitue le 1er bassin pétrochimique, ont fortement impacté le trafic.
Avec plus de la moitié des tonnages maritimes (55%), les vracs liquides forment le principal trafic en tonnage de l'activité des ports réunis au sein d'Haropa. Cependant, les vracs solides et les conteneurs constituent quant à eux le coeur d'activité des trois ports. D'autres activités comme le trafic roulier ou conventionnel constituent des trafics supplémentaires sur l'axe Seine. Concernant l'activité fluviale, les ports de l'axe Seine cumulent 7.5 millions de tonnes au 1er trimestre 2012, soit une progression de 5% par rapport à la même période de 2011.



Vracs liquides : Les produits pétroliers s'adaptent au marché

Au terme des trois premiers mois de 2012, le trafic de vracs liquides traité par les ports de la Vallée de la Seine enregistre un recul de 7% à 12.2 millions de tonnes. Approvisionnant quatre grandes raffineries sur la Seine, les ports du Havre et de Rouen forment la première porte d'entrée maritime pour les approvisionnements de la France en pétrole brut.
Représentant 47% des tonnages de vracs liquides des deux grands ports maritimes sur la période, le pétrole brut a marqué le pas suite à l'arrêt de l'activité de raffinage sur le site de Petroplus à Petit-Couronne en tout début d'année. Il enregistre ainsi un recul de 13% au regard du premier trimestre de 2011 à 5.7 Mt. Néanmoins, Haropa note que les récentes adaptations effectuées par la Raffinerie de Normandie (groupe Total), qui boucle son programme RN 2012, inscrivent dans la durée le site dans le profil de la demande de consommation française.
Avec un tonnage de 5.1 Mt sur les trois premiers de 2012, les produits raffinés diminuent dans une moindre mesure (- 3%) sur la période pour peser 41% des tonnages de vracs liquides.
Par contre, les produits chimiques en vrac - qui constituent une activité stratégique pour le développement de la Vallée de la seine, 1er bassin pétrochimique de France - progressent de 11% sur la période avec 800.000 tonnes.
Les autres vracs liquides (engrais manufacturés, hydrocarbures gazeux et divers autres vracs) voient leur tonnage maritime progresser de 8% avec 700.000 tonnes traitées au 1er trimestre 2012, contre 600.000 tonnes au 1er trimestre 2011.



Vracs solides : Charbon et agrégats en hausse, céréales en retrait

Sur le premier trimestre, le trafic maritime de vracs solides du Havre, de Rouen et de Paris est en recul 600.000 tonnes, avec 3 millions de tonnes traitées à fin mars 2012, contre 3.6 Mt sur la même période de 2011, soit une baisse de 17%. Alors que le charbon et les trafics d'agrégats et granulats progressent au 1er trimestre 2012 en comparaison avec celui de 2011, on constate un repli marqué et prévu des tonnages de céréales qui pèsent plus de la moitié des tonnages de vracs solides. Cette diminution représente à elle seule le déficit de 600.000 tonnes enregistré sur le tonnage de vracs solides.
Premier port européen exportateur de céréales grâce aux installations de Rouen, proches des greniers de la France, Haropa enregistre un tonnage de 1.6 million de tonnes de céréales à fin mars 2012, contre 2.2 Mt au 1er trimestre 2011. L'essentiel de ce recul s'explique par la diminution, prévue, des sorties de céréales, liée en particulier au retour sur le marché depuis le début de la campagne 2011/2012 des pays de la mer Noire et à la forte compétitivité des céréales d'Amérique du sud en ce début d'année 2012.
Avec 300.000 tonnes traitées sur le 1er trimestre, le trafic de charbon enregistre quant à lui une progression de 20%, étroitement corrélée à la hausse d'activité du terminal de Grand-Couronne, qui a accueilli des navires Capesize avec des cargaisons de plus de 70.000 tonnes.
Les autres vracs solides représentent 1.1 million de tonnes. Ils sont globalement stables malgré une très belle progression des volumes d'agrégats et granulats traités au cours du 1er trimestre 2012 (0.6 Mt contre 0.4 Mt sur le même trimestre de 2011).



Conteneurs : Retour de la confiance des clients

Dans le secteur des conteneurs, le trafic maritime au premier trimestre a enregistré une progression de 27% en tonnages (6.1 millions de tonnes) et de 21% en nombre d'unités (620.000 EVP, Equivalent Vingt Pieds, taille standard du conteneur).
Haropa constitue le premier ensemble portuaire français pour le trafic de conteneurs grâce aux installations spécialisées du port du Havre (avec 62% du trafic réalisé par les ports français). D'ailleurs, pour ce dernier, le trafic de conteneurs traité progresse sur les trois premiers mois de 2012. Selon Haropa, le retour de la confiance des clients a en effet un impact direct sur les résultats de l'hinterland qui sont très encourageants. Il s'agit du meilleur résultat trimestriel de ces quatre dernières années.
Les signaux du commerce extérieur national montrent une bonne résistance des échanges de la France en biens conteneurisables avec les pays tiers outre-mer. Les exportations de biens conteneurisables en valeurs (euros constants) à destination de l'outre-mer et les importations à destination des ménages et des entreprises françaises ont surmonté la crise de 2009 et se situent aujourd'hui à un niveau supérieur à 2007. L'autorité portuaire souligne également une reprise sensible des transbordementsau Havre (+78% à 109.000 EVP), considérée comme un témoignage de la confiance retrouvée des armements dans la fiabilité portuaire ; ainsi qu'une activité en progression de 22% sur les lignes Nord-Sud au niveau des installations portuaires de Rouen.



Passagers : Près de 50.000 passagers croisière et transmanche

En forte progression par rapport à 2011, le trafic de passagers sur le 1er trimestre 2012 retrouve les bons niveaux de l'année 2010 avec un total de près de 50.000 passagers. Tout en ayant démarré plus tardivement que les années précédentes, la saison croisière a déjà permis d'accueillir 11.000 passagers à l'occasion des cinq escales de paquebots qui se sont déroulées de janvier à mars. Et le mois de mai s'annonce très prometteur avec la venue programmée de 18 navires. Sur l'ensemble de l'année, les escales de paquebots s'annoncent en progression.
Quant au trafic de passagers ferries ayant emprunté les liaisons transmanche au cours du premier trimestre 2012, il progresse de 40% à plus de 38.000 passagers. Haropa relève une hausse encore plus importante du nombre de véhicules de passagers, qui a atteint 14.100 unités au cours du trimestre, contre 9000 durant la même période de 2011, soit une hausse de 57 %.

EMR : Le René Descartes pose le câble du site d'essais du Croisic



Au large du Croisic, l'équipement du SEM-REV, le site d'essai en mer dédié aux énergies marines renouvelables, se poursuit. Après le forage dirigé à terre, sous l'estran de la côte sauvage sur une longueur de plusieurs centaines de mètres, lancé le 16 mars dernier, une nouvelle étape se déroule actuellement. Hier, en effet, la pose du câble électrique reliant le site en mer à la côte a débuté. Long de 23.7 kilomètres et présentant une puissance de 8 MW, le câble sera raccordé au réseau électrique en octobre prochain. Les opérations de pose et d'ensouillage ont été confiées à France Télécom Marine, qui déploie pour l'occasion l'un de ses 6 câbliers, le René Descartes. Livré en 2002 par les chantiers Hanjin Heavy Industries de Pusan, en Corée du sud, ce navire mesure 144.5 mètres de long pour 22 mètres de large. Capable d'atteindre la vitesse de 16 noeuds et d'accueillir 70 personnes à son bord, le René Descartes peut rester deux mois en mer. Il dispose d'une cuve de relevage et trois cuves de stockage de 16 mètres de diamètre et 6 mètres de haut, dans lesquelles les câbles sont lovés. L'ensemble représente une capacité de transport de 5000 tonnes, soit 4000 à 5000 kilomètres de câbles. Depuis sa mise en service, le René Descartes a mené à bien la pose de plus de 8000 kilomètres de câbles, dont 3500 ensouillés.



Basé à Brest et habituellement exploité pour la pose de fibre optique en Atlantique nord, le René Descartes se charge donc, depuis hier, d'installer le câble du SEM-REV. Livré par la société SILEC, cet équipement, arrivé le 20 avril à Saint-Nazaire (où il a été jonctionné) a été embarqué par le navire en six tourets de 62 tonnes déroulant 4 kilomètres chacun. L'opération s'est déroulée au terminal de Montoir-de-Bretagne. Le début de la pose, prévue initialement la semaine dernière, a été retardé en raison des mauvaises conditions météorologiques, le navire ayant rejoint Lorient en attendant une accalmie pour ré-appareiller et rejoindre Le Croisic.


Embarquement du câble dans une cuve









Préalablement aux opérations en mer, des études géophysiques ont été menées pour déterminer l'emplacement optimal du câble, afin que les opérations d'ensouillage se déroulent ensuite parfaitement. L'enfouissement du câble dans le sol marin, après creusement d'une souille, doit durer 9 jours à raison de 100 à 200 mètres par heure, le tout sous contrôle d'un robot sous-marin. La pose du câble se déroule en trois étapes. Il s'agit d'abord de le tirer à l'intérieur du forage sur 330 mètres, sous l'estran du Croisic. Puis, ensuite, dérouler le câble en mer jusqu'au site SEM-REV, situé à 12 milles de la côte, avec des profondeurs d'eau de 12 à 40 mètres sur le parcours. Enfin, interviendra la phase d'ensouillage avec l'enfouissement de la totalité du câble à 1.5 mètre de profondeur. Cette manoeuvre sera réalisée par Simec, une filiale de France Télécom spécialiste des robots sous-marins, qui déploiera le nouveau robot J‐SWOC (crawler).



Différentes technologies au banc d'essais

Au coeur du dispositif visant à développer une filière régionale complète dédiée aux Energies Marines Renouvelables (EMR), le SEM-REV sera le premier site français d'essais en mer raccordé au réseau électrique. Il s'étalera, en mer, sur une zone balisée de 1 km² et sera doté d'une puissance nominale de 8 MW, lui permettant d'être tout à la fois un site houlomoteur (récupération d'énergie à partir du mouvement des vagues) mais aussi un site multi-technologies, notamment dans le domaine de l'éolien flottant. Les premiers projets d'essais prévus portés par des industriels sont un dispositif houlomoteur développé par SBM, ainsi que le projet d'éolienne flottante Winflo, porté par DCNS et Nass & Wind. Le SEM-REV est piloté par l'Ecole Centrale de Nantes, avec la participation du Laboratoire d'Hydrodynamique d'Energétique et d'Environnement Atmosphérique (LHEEA) et du CNRS. Ce site d'expérimentation disposera de tous les équipements en mer et à terre permettant la mise au point, en conditions opérationnelles, des systèmes de récupération de l'énergie des vagues ou de démonstrateurs liés à d'autres technologies de production d'EMR. Il doit être opérationnel en octobre prochain, les premiers essais industriels étant prévus début 2013. D'un coût de 14 millions d'euros, le projet est notamment financé par la région des Pays de la Loire (9 M¤), l'Etat (1.6 M¤ avec CNRS) et le département de la Loire-Atlantique (650.000 euros). Des fonds européens (FEDER) ont par ailleurs été sollicités à hauteur de plus de 2 millions d'euros.



Ce sera tout pour ce mois ci en esperant que cela vous aura plu.
Je vous donne rendez-vous le mois prochain pour de nouveaux récits.


* emil76, journaliste du Petit Armateur. *


--Message édité par Gringo le 07/07/2012 à 16:07:05--
__________________________
Administratrice

Droit Devant

 
  Page : 1

Aller à :

   L'armateur.net
   Dernière édition
   Parlons Marine ! (Juin 2012)

Haut



Copyright Mes-Forums
Version 2.1.8 © 2003-2017